Accueil Argumentaire Scientifique
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Casablanca
Argumentaire Scientifique

Dans le cadre de la conjoncture économique actuelle, et dans un contexte caractérisé par une succession des crises financières internationales, une dégradation de l’environnement et l’aggravation des disparités entre les individus, les organisations sont conscientes de l’importance d’analyser et redéfinir la notion de la performance dans une dimension globale. Ces organisations ont besoin d’améliorer leur performance organisationnelle sans pour autant omettre les objectifs sociaux et environnementaux. Dans ce cas, l’analyse de la performance d’une organisation en se basant sur le volet financier, serait incomplète car il faut intégrer le volet social et environnemental. Le concept de la performance globale est mobilisé dans la littérature managériale pour évaluer la mise en œuvre des stratégies de développement durable par les organisations. Ce terme englobe les trois piliers du développement durable : économique, social et environnemental. De ce fait, les pratiques managériales durables deviennent la clé de la compétitivité des organisations. Cela implique la nécessité d’une bonne gouvernance au sein de  l’organisation et  une meilleure gestion de l’offre adaptée aux attentes des clients et parties prenantes. 

Conscient de  l’importance de la protection de l’environnement, le Maroc s’inscrit dans une politique de transition vers un modèle de développement  écologiquement responsable. Dans ce cadre, le Maroc a abrité à Marrakech du 7 à 18 novembre 2016  la 22 ème session de la conférence des parties (COP 22).  Cette conférence avait pour but de concrétiser les différents axes retenus dans l’accord de Paris, notamment ceux qui ont trait à l’adaptation, la transparence et  le transfert de la technologie. Elle visait aussi à mettre l’accent sur le rôle de l’entreprise marocaine en tant qu’acteur clé pour la concrétisation de solutions  d’adaptation aux changements climatiques afin de s’y intégrer dans l’économie verte et garantir une croissance durable. Le défi de lutte contre le changement climatique peut être un avantage concurrentiel durable pour les organisations mais à condition de s’investir dans la recherche et le développement. La compétitivité de ces organisations dépend étroitement de la capacité de réintégrer des externalités sur l’environnement naturel générées par leur activité et de valoriser le capital humain. La première édition du CIMSO s’inscrit dans cette logique et tente, à travers, les échanges et débats, d’approfindir la réflexion scientifique sur ce sujet.

Ce colloque met l’accent sur les contributions autour des concepts comme les pratiques du management durable, la performance et la compétitivité des organisations. Il a pour objectif de réunir des chercheurs, des professionnels et des praticiens publics et privés autour  de ces thématiques à forte valeur ajoutée pour les organisations. La première édition du CISMO, qui se déroulera au sein de l’Ecole Nationale de Commerce et de gestion de Casablanca les 5 et 6 Mai 2017,  vise à stimuler la réflexion, au sein des organisations, sur le défi de concevoir des produits et des services innovants qui intègrent le volet social et environnemental dans la définition du rapport de l’organisation avec son environnement. La problématique de la première édition du CIMSO repose sur les réflexions  suivantes :

  • Existe-t-il des pratiques managériales durables formalisées par les organisations?
  • Quelles sont les pratiques managériales durables susceptibles de rendre les organisations performantes et compétitives ?
  • Comment peut – on lier les pratiques managériales durables avec le concept de la performance et la compétitivité des organisations ?
  • Quelles sont  les facteurs qui entravent l’application des pratiques managériales durables au sein des organisations ?
  • Comment les différentes décisions  de  la COP 22 impacteront la performance et la compétitivité des organisations ?